Infolettre 2019

Regroupement des jardiniers écologiques      

Mars

 

Faire ses semis

  1. trucs et documentation

  2. Dans les publications des Jardins de l’Écoumène, j’ai trouvé 2 documents qui nous conseillent sur la techniques des semis intérieurs, le calendrier des semis et aussi sur le temps de conservation des semences.


Références: http://www.ecoumene.com/centre-infos/trucs-et-astuces

Pour les télécharger cliquer ici:

Semis_intérieur.pdf

Tableau_de_conservation_semences.pdf

Potager Calendrier zone 3-4-2018.pdf

Potager Calendrier zone 5-6-2018.pdf

Calendrier fines_herbes, vivaces et arbustes_2018.pdf

Sauver la TERRE c’est d’abord vouloir sauver l’HOMME...

L’hiver n’étant pas terminé, mes gènes de jardiniers sont encore endormis. Je me console en me disant que ces périodes de grand froid m’obligent à prolonger mon intériorisation (i.e. rester au chaud, évaluer mes expériences de vie et/ou de jardinage) pour mieux me préparer aux nouveaux défis que me réserve l’année 2019. Pour moi et comme pour bien d’autres, les défis seront de taille, car au dire des scientifiques, il ne reste que 10 ans pour que l’espèce humaine apprenne ou ré-apprenne à vivre avec les seules  ressources renouvelables de notre planète.

  1. On nous propose depuis longtemps des solutions pour sauver la planète, modifier notre consommation, alléger notre empreinte écologique (voir le texte d’Équiterre)... Le changement ne vient toujours pas, du moins pas assez vite. En observant l’être humain, l’homme a (la plupart du temps) évolué ou changé son comportement, ses habitudes qu’après une catastrophe, une maladie ou une perte importante. Se motiver à un changement majeur demande des efforts qu’il faut nourrir ou aspirer vers un plus grand plaisir, un bonheur à vivre ou à partager, ou une santé meilleure ou retrouvée. Comme la plupart des jardiniers de ma génération ou de celle qui me suit, le contact avec la nature est le plus grand héritage que nous avons reçu et que nous nous devons de laisser à nos enfants et petits-enfants. Les biens matériels que nous avons acquis n’auront pas la même valeur si la NATURE continue à être affaiblie, ou sera disparue. Nous souhaitons et voulons tout faire pour sauver la planète, le plus important pour y parvenir c’est d’abord vouloir se changer, pour sauver l’HOMME.

Le printemps sera de retour dans quelques semaines. Météo-Média nous promet une hausse des températures pour la mi-mars. J’espère que c’est vrai et que cette chaleur   viendra stimuler ou réveiller mes fibres de «jardinier». En ce moment, je finalise l’inventaire de mes semences et ferai mes commandes pour mon nouveau potager. J’ai déjà installé mes tablettes à semis et les néons, transplanté des plantes et des jeunes boutures. Il faudra aussi que je planifie les objectifs de mon nouveau potager, voir à cultiver les plantes qui peuvent bien pousser sous mon nouveau climat et que je peux consommer, transformer et entreposer. Un projet simple qui me réjouit et m’inspire depuis des années.

Au R.J.É. les membres du C.A. sont à l’oeuvre depuis quelques semaines pour fignoler la prochaine activité : Colloque du 7 avril à Roxton Pond. Nous avons re-préciser le thème : Apprendre à mieux consommer pour l’avenir de notre planète. Pour l’occasion de cette première rencontre, nous voulons agrandir notre réseau de jardiniers ou de personnes intéressées, c’est pourquoi nous offrons une adhésion gratuite aux personnes intéressées de moins de 35 ans qui seront présentes à cette événement. Passez le message ...

Au plaisir de se rencontrer...                                                Jean-Jacques Marcil

Le mot des jardiniers

12 suggestions pour diminuer notre consommation

Source: ÉQUITERRE:

https://equiterre.org/solutions-citoyens

Des solutions pour changer le monde!

Équiterre travaille pour trouver des solutions concrètes à appliquer dans tous les aspects fondamentaux de la vie: manger, jardiner, habiter, consommer et se transporter. Pour tous ces besoins vitaux, il existe des moyens à la portée de chacun pour agir de façon responsable.


Par où commencer?

Une façon simple et efficace pour intégrer des choix écologiques, équitables et solidaires à notre quotidien est de choisir quelques gestes concrets parmi ceux-ci et de les intégrer à notre routine de façon graduelle.


1-Mettre mes poubelles au régime

Je produis moins de déchets en privilégiant les sacs réutilisables et les produits moins emballés, en réutilisant, en recyclant et en compostant.

-Les Québécois sont parmi les plus grands producteurs de déchets au monde avec 1,5 tonne par personne.

- Une tonne de plastique recyclé permet d'économiser de 600 kg à 800 kg de pétrole brut.

- Le compost permet d'éviter l'émission de méthane, un gaz à effet de serre 20 fois plus puissant que le C02.

- Un Québécois moyen achète 27 kg de vêtements neufs par an et en jette presque autant au rebut.


2-Me déplacer autrement

J'émets moins de gaz à effet de serre (GES) en optant pour le vélo, la marche, le train, l'autobus, le métro, l'autopartage et le covoiturage.

- Au Québec, le secteur du transport contribue à 40 % des émissions de GES.

- Dans les grandes villes, un autobus remplace 50 voitures sur les routes.

- Si tous les clients de la Société de transport de Montréal utilisaient l'auto, on pourrait remplir, pare-chocs à pare-chocs, une autoroute reliant Montréal et Gaspé.

- Une demi-heure de vélo ou de marche par jour réduit de 50 % les risques de maladies cardio-vasculaires.

- Le transport représente près de 20% des dépenses des ménages québécois, soit la 2e dépense la plus importante, après le logement et avant l'alimentation!


3-Choisir équitable

Je privilégie l'achat de thé, café, chocolat, sucre, riz, épices et coton certifiés équitables.

- En achetant des produits certifiés équitables (par exemple par TransFair Canada), on participe à une meilleure répartition des richesses, on appuie les petits producteurs du Sud et on contribue à l'amélioration de leurs conditions de vie.

- D'après l'Organisation internationale du travail, plus de 246 millions d'enfants sont exploités comme main d'oeuvre bon marché, notamment dans des plantations de cacao.

- Pour un sac de café non équitable payé 5 $, à peine 3 %, ou 0,15 $ revient au producteur.

- Moins de 2% du prix d'une banane vendue au supermarché revient à celui qui l'a cultivée et cueillie.


4-Consommer solidaire

- L'économie solidaire au Québec permet de générer 65 000 emplois.

Acheter solidaire contribue à démocratiser l'économie et à soutenir la vitalité économique de toutes les régions du Québec.


5-Manger et cuisiner des aliments locaux et écologiques

Je consomme des aliments produits ici dans le respect de l'environnement. Par exemple, je soutiens un fermier de famille du réseau d'ASC d'Équiterre.

- En moyenne, un aliment parcourt entre 2 600 km et 4 000 km du champ à la table.

- Près du tiers des camions qui sillonnent les routes contiennent des aliments.

- Un fruit importé nécessite pour son transport 10 à 20 fois plus de pétrole que le même fruit produit et consommé localement.

- 16% de toute l'énergie consommée en Occident provient du secteur de l'alimentation (production, transformation, emballage et distribution).


6-Me chauffer efficacement

J'abaisse la température de 3˚C lorsque je quitte mon domicile et pendant la nuit.

- Le chauffage représente 60 % de notre utilisation d'énergie et l'eau chaude, 16 %.

- La production et la consommation d'énergie engendrent des problèmes environnementaux importants reliés essentiellement à la construction de centrales et à l'émission de gaz à effet de serre, principaux responsables des changements climatiques.

- Quand on chauffe, chaque degré au-dessus de 20˚C par période de 24 h consomme 5% d'énergie de plus. À l'inverse, une baisse de 3˚C pendant 8 h la nuit permet d'économiser jusqu'à 6% en frais de chauffage.

En cas d'absence prolongée, il est recommandé de ne pas abaisser la température sous 12˚C.


7-Économiser l'énergie

Je choisis des appareils ménagers portant la mention ENERGY STAR et des ampoules à DEL (diode électroluminescente), moins énergivores.

- Les ampoules à DEL ont une durée de vie de 15 à 25 fois fois plus grande qu'une lampe à incandescence et de 3 à 4 fois fois plus grande qu'une lampe fluocompacte.

- Les ampoules à DEL peuvent générer des économies d'énergie allant jusqu'à 90 % par rapport à une lampe à incandescence équivalente.

- Les ampoules à DEL ne génèrent pas de champ électromagnétique ou de rayonnement UV et ne contiennent pas de mercure.

- Les appareils électroménagers sont responsables de 20% de la facture d'énergie.

- Les appareils ENERGY STAR permettent de réduire de 30% à 50% les coûts énergétiques et les frais d'utilisation.


8-Économiser l'eau

Je consomme moins d'eau grâce à une douche et à une toilette à débit réduit, en préférant la douche au bain et en fermant le robinet lors du brossage de dents.

- Chaque Canadien consomme en moyenne 335 litres d'eau par jour, soit deux fois plus qu'un Européen. C'est l'équivalent de près de trois baignoires par jour.

- L'utilisation des toilettes représente 30% de toute l'eau consommée par un foyer; l'usage de la salle de bain représente 65 % de cette consommation.

- Chaque fois que la chasse d'eau est activée, nous consommons jusqu'à 18 litres d'eau potable purifiée – de l'eau qui devient polluée et inutilisable jusqu'à ce qu'elle soit traitée de nouveau.

- Pour fabriquer une seule voiture, il faut 30 000 litres d'eau, soit une piscine olympique et demie.


9-Construire et rénover de façon durable et verte

Pour la rénovation et la construction de ma maison, j'utilise des matériaux locaux ou recyclés et je m'assure de maximiser l'isolation et l'étanchéité.

- Compte tenu de l'extraction des ressources, du transport et de la transformation, la production de matériaux neufs consomme beaucoup d'énergie et de ressources naturelles et produit une grande quantité de GES.

- Les bâtiments sont responsables de 33% de l'énergie utilisée au Canada.

- Le programme d'évaluation énergétique des maisons, Rénoclimat de l'Agence de l'efficacité énergétique, permet d'obtenir des conseils pour la rénovation écoénergétique des maisons, ainsi qu'une aide financière de la part des distributeurs d'énergie et du gouvernement fédéral.


10-Jardiner écolo

Je choisis des plantes indigènes, je récupère l'eau de pluie et j'évite les engrais et pesticides néfastes pour la santé et l'environnement.

- Selon Environnement Canada, la consommation d'eau augmente de 50% en été, principalement à cause de nos activités de jardinage.

- Plusieurs moyens faciles permettent de conserver l'eau dans le jardin tels que la récupération de l'eau de pluie et la réduction de l'espace occupé par la pelouse.

- L'exposition aux composés neurotoxiques de certains pesticides à des niveaux considérés sécuritaires pour les adultes peut causer des dommages permanents aux fonctions cérébrales lorsqu'elle survient durant le développement de l'enfant (foetus et jeune enfance).

- Un jardin de plantes indigènes variées est facile à entretenir avec des moyens écolos; pas besoin de pesticides, d'herbicides ou de fertilisants chimiques qui contaminent l'environnement et nuisent à la santé.


11-M'exprimer

Je me tiens informé des décisions de mes élus et je les incite à adopter des politiques plus écologiques, solidaires et équitables.

Une lettre envoyée par un citoyen aux gouvernements ou aux entreprises exprime l'opinion de 1000 personnes; un appel téléphonique compte pour l'opinion de 100 personnes.


12-M'engager

Je participe au développement de mon milieu en m'impliquant ou en soutenant financièrement un organisme à but non lucratif.

Les organisations de la société civile sont au coeur des changements qui font progresser la société.


Pour aller plus loin!

Des petits trucs pas compliqués... Des idées sensées à partager... Vous pouvez aller plus loin dans votre action et adopter d'autres gestes efficaces: voyez les gestes du mois!

Sommaire

  1. -Le mot des jardiniers

  2. -Retour des activités

  3. -Activités à venir

  4. -Documentations

  5. -Expériences partagées

  6. -Babillard

  7. -Pensée du mois

  8. -Section des membres


  1. Voici les derniers vidéos ajoutés au site du R.J.É...

  2. Cliquer sur les images pour les liens.

Nouveaux vidéos publiés ou référenciés  sur le site  R.J.É.



  1. L’agenda du jardinier Édition 2019 est disponible au secrétariat du R.J.É. et dans certains magasins d’alimentation naturelle, centres jardins, librairies et semenciers du Québec en régions au Québec.


  2. Pour une commande postale :

  3. Regroupement des jardiniers écologiques

  4. 84 rue Georges, Shefford, Qc   J2M 1E4

  5. 450 915-9746

  6. ou par courriel : info-ca@rje.qc.ca

  7. Demander une facturation par courriel (via paypal)

  8. pour un paiement par cartes de crédit.

  9. Prix :   $15/unité/non-membre

  10.             $11/unité/membre de 2019

  11.         ou avec inscription ou renouvellement

  12.              plus $4,00/1 cal. pour la poste (s’il y a lieu)

  13. ajouter $2/cal. si vous en commander plusieurs

  14. Faire votre paiement au nom : R.J.É.

  15. On peut télécharger une version démo en cliquant sur l’image.

Publication et matériel disponible au R.J.É.

Expériences partagées

par des jardiniers et des membres du R.J.É.

Babillard - Babillard - Babillard

  1. Des nouvelles de France

  2. Bertrand Trinel est le président d’une association de jardiniers qui a des objectifs et des activités de partage semblables à ceux du R.J.É. Voici leur publication mensuelle. Cliquer sur le titre pour les télécharger.


OMBELLE-147 FEVRIER 2019.pdf

Suggestions de lecture

Des Éditions Coup d’oeil     « VIVRE VERT»

  1. -Un journal pour vous faire du bien à vous et à la planète, un jour à la fois.


  1. Ce journal est concu pour aborder 12 aspects de votre quotidien, du recyclage au transport, en passant par l’alimentation, l’économie d’énergie et la mode. Chaque section vous propose de fixer des objectifs précis, sur lesquels vous pourrez vous concentrer durant 12 jours, et vous guide dans l’évolution de vos changement. Vous aurez l’occasion de prendre des notes sur vos progrès et votre motivation, tout en faisant le point sur vos réflexions concernant un mode vie plus écoresponsable.

  2. Vous y trouverez également de nombreuses capsules informatives pour répondre à vos questions, ainsi que des trucs et des conseils judicieux pour vous faciliter la vie, gagner du temps et économiser de l’argent. Vivre vert ne vous aura jamais paru aussi simple !

Disponible dans toutes les librairies, un livre peu dispendieux, moins de 10$ (Costco)

Les Éditions Coup d’oeil : www.boutiquegoelette.com

Activités de l’Herbothèque

À lire l’infolettre de Février Cliquer sur l’image.

Au menu dans cette infolettre

  1. -C’est le temps des semis.

  2. -Le colloque annuel  du R.J.É. 2019.

  3. -Les fêtes des semences au Québec en mars.

  4. -Nouveaux vidéos de nos dernières activités.

  5. -Expériences et témoignages des membres du R.J.É.

  6. -Liens pour les activités de d’autres associations ainsi que leurs publications.

  7. -Suggestions de lectures et autres.

A noter certains articles de l’infolettre sont ou seront repris (dans une version plus élaborée et/ou illustrée) dans le bulletin imprimé «Tout le monde jardine» distribué aux membres. C’est une façon plus personnelle de rejoindre et de satisfaire tous nos membres.

Donc une invitation à s’abonner ou à se ré-abonner au R.J.É., voir le lien dans le coin supérieur de l’infolettre et sur le site officiel du R.J.É.

INVITATION

  1. Afin d'être de plus en plus autonome au niveau alimentaire, je vous invite à l'atelier sur les Pousses et germinations. Venez découvrir leurs bienfaits nutritionnels ainsi que des idées et recettes pour les inclure dans vos repas. Repartez avec divers trucs pour réussir vos propres pousses et germinations à la maison. Démonstrations et dégustations. 

  2. Places limitées.


Je donne cet atelier avec mon ami Alain Blondin, un jardinier permaculteur, à la Clinique d’Avril de Granby le samedi 16 mars de 10 h à 11 h 30.Coût : 20 $. 

Inscription au 450 994-4794 poste 1027 ou supplementgby@avril.ca 

Au plaisir de vous y voir 😊

Anne Marie Comparot

RÉINVENTER LA TÉLÉCOMMUNICATION PAR FIL ET LA FIBRE OPTIQUE

LE FUTUR DE NOS SERVICES DE TÉLÉCOMMUNICATION


  1. Résumé de la publication de Timothy Schoechle, PhD, «Re-Inventing Wires: The Future of Landlines and Networks, 2018».

  2. Internet est devenu une composante essentielle de nos sociétés modernes. Mais comment expliquer que les États-Unis, qui en est le créateur, soit arrivé au nombre des pays les plus mal desservis pour la proportion de sa population ayant accès à Internet, sa vitesse et sa qualité?  Timothy Schoechle, PhD, expert reconnu mondialement dans le monde des télécommunications, expose les raisons qui ont conduit le pays à un tel échec et trace la voie à adopter pour le futur. Il démontre que seul un retour aux technologies filaires et à la fibre optique, plus performantes, peut répondre aux besoins réels des communautés.

En 1996, suite à l’arrivée du cellulaire, les E-U ont reformulé la loi sur les télécommunications. La téléphonie filaire, la câblodistribution et la fibre optique demeurèrent réglementées alors que, sous le poids des lobbys, le sans fils n’a pas été réglementé.

Malheureusement, cette faille fut habilement exploitée par l’industrie. On créa de puissants monopoles, Verizon, AT&T (Bell) et Comcast. Ces entreprises ont vu une opportunité d’affaire avec le sans-fil, plus lucrative à court terme, grâce à la publicité, la vente de données (données de base pour la publicité) et l’obsolescence programmée. Ces entreprises favorisèrent le démantèlement du câble et négligèrent la fibre optique, des marchés moins payants et moins malléables parce que toujours réglementés, arguant une fausse rhétorique de désuétude et de modernisme.

Les données actuelles montrent que la fibre optique est nettement supérieure en terme de vitesse. De plus, de récents développements techniques ont permis d’augmenter sensiblement la performance du câble et de l’ancienne ligne téléphonique. Ces équipements peuvent alors être avantageusement utilisés en hybridation avec la fibre optique pour les fins de ligne, dans les bâtiments ou pour des distances plus courtes. Même dans l’éventualité de futurs progrès technologiques, de part et d’autre, le filaire restera toujours nettement plus performant.

Selon l’industrie, la 4e génération de téléphones intelligents, la 4G, atteindrait bientôt le point de saturation. On fait donc pression pour l’implantation de la 5G qui permettrait de densifier les accès au sans-fil avec la multiplication de micro cellules. Ces émetteurs, à peine la grosseur d’une mallette, seraient installés dans les poteaux d’utilité publique. On utiliserait des fréquences plus élevées du spectre des radiofréquences pour aller jusqu’aux ondes millimétriques, ondes plus courtes et plus rapides.

L’internet des objets (IdO) est présenté telle une nouveauté appelée à dominer le champ des technologies d’avenir. L’IdO consiste à relier tous les objets au web et à une multitude d’applications sur appareils mobiles ainsi que l’échange de données sur le «nuage». Par exemple, le cellulaire intelligent permettrait de connaître la température dans sa résidence partout dans le monde et au besoin, régler à distance les thermostats. Cette notion d’IdO a donné naissance à une frénésie d’investissements pour toutes sortes de composantes électroniques et d’appareils intelligents : la brosse à dents, l’ampoule d’éclairage, le parapluie et le grille-pain, etc.

Cette hyper commercialisation a de sombres côtés. On pourra rendre vos appareils inopérants en prétextant un manque d’entretien ou tout simplement cesser le support des logiciels d’opération, vous forçant à remplacer vos appareils.  De plus, avec la gigantesque expansion projetée d’objets connectés, il faut standardiser un nouveau protocole d’adresse internet (IP) permettant de passer de 32 à 128 bits. À elle seule, cette augmentation de l’adresse numérique nécessite plus d’espace dans les serveurs et plus de capacité de traitement, donc plus de temps, exacerbant la nécessité de plus de fréquences et donc d’antennes et par le fait même une dépense accrue d’énergie.

On ne peut plus ignorer les risques pour la santé de l’exposition aux champs électromagnétiques (CEM). Chaque cellule du corps humain fonctionne par des signaux électrochimiques. Il n’est pas surprenant d’apprendre que les CEM ont des effets perturbateurs sur le corps, au niveau cellulaire et ainsi, pour son fonctionnement dans l’ensemble. Un rapport publié récemment par le Programme national de toxicologie du gouvernement américain (NTP) établit un lien avéré entre les rayonnements à faible niveau du téléphone cellulaire et le cancer chez les rats. L’Organisation mondiale de la Santé a classé les CEM possiblement cancérigènes pour l’humain. La recherche démontre des risques additionnels, notamment le stress oxydatif, les dommages par les radicaux libres, des dommages à l’ADN cellulaire, une baisse de fertilité, des effets neurologiques et neuropsychiques, une augmentation de l’apoptose, une augmentation du calcium intracellulaire, des impacts sur le développement et l’apprentissage des enfants, la santé mentale et la socialisation.

L’internet est maintenant un bien essentiel au même titre que les routes, les services d’eau et d’égout, les bibliothèques, etc, qui ne peut être laissé aux aléas du marché. Le modèle actuel a failli à la tâche en regard des besoins fondamentaux de la population qui sont : un accès à internet à toutes les communautés sur le territoire, un service suffisamment rapide à l’égal des défis administratifs, sociaux et techniques de la société moderne, une communication sécuritaire en terme de continuité et de confidentialité autant pour le développement économique que pour des applications dans des domaines tels que la santé et l’éducation. Il faut également des services neutres et indépendants pour contrer la tendance des fournisseurs à censurer le contenu.

Les communautés n’ont pas à payer, par leurs forfaits internet et cellulaire, pour tout ce qui est mis en œuvre par l’entremise des médias sociaux et autres afin de mousser la publicité et le commerce en ligne. Pour leur meilleur bénéfice, les communautés et les villes doivent prendre en main leurs réseaux de télécommunication et ainsi en assurer l’efficacité et la neutralité à un meilleur coût. À cet égard, la fibre optique est plus avantageuse à tous point de vue. Pour l’IdO la 5G n’est pas justifiée. C’est plutôt la vidéo en direct (streaming), la publicité et la collecte d’informations qui sont les véritables motifs pour l’implantation de la 5G. Autre conséquence, une surabondance d’émissions d’ondes dans nos environnements va créer une augmentation du smog électromagnétique, de sorte qu’il faudra plus de puissance pour permettre la réception des ondes, créant ainsi un cercle vicieux. Des innovations techniques pour des services essentiels peuvent être compromises par la présence de ce smog, en plus d’affecter encore davantage la santé.

Le sans-fil doit être limité aux activités mobiles. Il faudra qu’une autorité puisse faire la part de ce qui est nécessaire et de ce qui ne l’est pas.

(Traduit et résumé par Marc Robert ing.)                                

Webmestre:  Jean-Jacques Marcil

Colloque et assemblée annuelle du R.J.É.

Dimanche 7 avril 2019

Thème :«Apprendre à mieux consommer pour l’avenir de notre planète»

Lieu :    Salle communautaire de Roxton Pond

            905 rue Saint-Jean, Roxton Pond (Québec) J0E 1Z0

Horaire de la journée

8:30       Ouverture de la salle

9:00       Accueil et visite des exposants

10:00     Présentation du Dr François Reeves :

            «Climat, Arbre et Santé»


11:00     Pause et/ou questions

11:30     Assemblée annuelle

12:15     Diner partagé «Potluck»


13:30     Jeu et prix de présence

13:50     Courte présentation d’Edith Smeesters sur les

             changements positifs apportés à notre manière

            de vivre qui ont des impacts sur l’environnement



  1. 14:15     Animation et partage avec Anne Marie Comparot

  2. Thèmes en petits ateliers :

  3. MIEUX CONSOMMER pour le jardinage,

  4. pour notre alimentation, nos achats et nos loisirs.

  5. 16: 00 Fin de la rencontre

Le coût pour la journée : gratuit pour le membres du R.J.É. et $10/non-membre

N.B. :

- Pour l’occasion un coupon-rabais de $35 sera remis aux participants de moins de 35 ans pour une adhésion gratuite au R.J.É. pour l’année 2019.

- Il y aura des exposants comme d’habitude, des semenciers et toutes autres personnes proposant des échanges de livres, de semences, de plants etc.

- Des prix de présence et de reconnaissance seront distribués pour l’occasion.

  1. -Pour une meilleure planification de l’évènement,

il faut nous aviser de votre présence avant le 25 mars.

- Pour le repas, on suggère d’apporter un plat qui n’a pas besoin d’être chauffé et un dessert qui peut se partager facilement. Idéalement, chacun des participant devrait apporter son couvert et ses ustensils.

Réservations: Alain Blondin : tél: (450) 372-3078

ou par courriel : info-ca@rje.qc.ca

Émission spéciale de Radio-Canada diffusée le 10 janvier 2019

Pour voir l’intégral (2:27 h) sur YouTube cliquer ici:

Pour des extraits intéressant pour nous cliquer sur les images.

Fête des semences à venir

Mars

Fête des semences et de l'Agriculture Urbaine de Québec

samedi et dimanche 2 et 3 mars 2019 

Pavillon Alphonse Desjardins de l'Université Laval, Québec


Fête des semences de Verdun

Samedi, 9 mars 2019          10h00-15h00

Les serres municipales de Verdun,

7000 boul. Lasalle, Verdun, QC, H4H 2T1


Fête des semences du Saguenay

10 mars 2019 

Salle de l'Hôtel de Ville Larouche       

Saguenay Lac-St-Jean, QC


Fête des semences de Rimouski

24 Mars : 10h à 14h

Bibliothèque Lisette-Morin

110 rue de l'Évéché est, Rimouski, Qc, G5L 1X9


Fête des semences de la Montérégie

Samedi et dimanche 30 et 31 mars :   10h00 à 16h00

Cégep Édouard-Monpetit, 945, chemin Chambly,

Longueuil J4H 3M6, QC


Fête des semences de Val-David

samedi le 30 mars 2019          10h00 - 16h00

l’église de Val-David, 2490 rue de l’église

Val-David, QC


Avril

6 avril 2019: 10h à 15h : Percé

Centre communautaire L'Oasis de Percé


6- 7 avril 2019: Coaticook

CRIFA, 125 rue Morgan Coaticook, Qc, J1A 1V6

Faire ses semis

En attendant la construction d’un abris ou d’une petite serre extérieure, ce sont 2 fenêtres au Sud-est qui abritent mes semis et transplantations. Deux séries de néon complètent l’éclairage.

Photos et expérience: Jean-Jacques Marcil, Shefford

Pour faire son inventaire annuel et commander ses semences, le R.J.É. vous propose une nouvelle grille à imprimer (version PDF) ou à compléter selon ses besoins (version Excel). Mieux connaître ce que l’on possède et ce que l’on peut utiliser permet des économies appréciables.


  Pour télécharger la documentation cliquer sur la version désirée:

        en format 8,5X11    2019-RJE-Inventaire Pro-jardinier.pdf

                                 2019-RJE-Inventaire Pro-jardinier.xls

aussi en format 8,5X14      2019-RJE-Agenda Pro-jardinier.legal.pdf

                                        2019-RJE-Agenda Pro-jardinier-legal.xls