Un automne pour se retrouver...

  1. Les évènements du printemps 2020 ont affecté beaucoup nos habitudes, nos sorties et nos contacts avec le monde extérieur. Pour nous, les «jardi-mieux», la période de confinement a permis une plus grande disponibilité, une liberté pour pouvoir investir plus d’énergies au niveau de notre passion qu’est le jardinage. Comme plusieurs, les sorties étant partiellement limitées, j’ai profité de l’espace temps pour de nouveaux projets comme agrandir, modifier ou améliorer mon environnement et mes espaces jardin et faire mes récoltes.

Étant un humain qui a besoin de contacts et d’échanges, j’ai été comblé (ou j’ai pensé être comblé) en cherchant sur les réseaux sociaux l’écoute et le partage humain qui semblaient me manquer. À chaque fois que je m’ennuyais et/ou que j’avais un temps libre, je vérifiais sur le net (souvent Facebook) pour voir s’il y aurait un petit quelque chose qui me parlerait, me stimulerait, m’apportant une idée géniale, une invention magique qui rendrait tout le monde heureux comme avant... Les propositions miraculeuses étant toujours si attrayantes et présentes sur le Web: partages, discussions, sollicitations d’achat de tout genre. Surtout avec le confinement, tout ou presque est devenu virtuel... Il y a toujours du nouveau: tribune, conférences, ateliers, histoires, photos et vidéos, 7 jours/7.

Inconsciemment je suis devenu un peu accro, dépendant de ces contacts virtuels. Je me suis laissé prendre à chercher à l’extérieur de moi ce quelque chose manquant, qui ferait me sentir plus vivant. Les stimulations proposées sur le Web et/ou les médias sociaux étant à l’infini, j’ai mis beaucoup d’énergie à visionner les publications du Web... Oui, j’ai souvent trouvé de bonnes et de nouvelles idées pour mieux vivre, apprendre à me détendre, à mieux jardiner. Mais, j’ai aussi perdu beaucoup de temps, à écouter des exploits, des gags, des constats du passé, des inquiétudes du présent, des peurs qui souvent me paralysent. Sans vouloir juger les propos publiés sur les réseaux sociaux, je pense qu’il serait primordial pour chacun de nous, de faire une introspection sur la saison qui se termine, tant au point de vue de nos activités de jardinage que ce que nous vivons face aux inquiétudes de la crise sociale et environnementale qui touche toute la planète... Lâcher un peu les nouvelles (ou les réseaux) pour écouter le spécialiste en nous...

Tous souhaitons le changement, l’équilibre... Pour vouloir et voir changer le monde, il faut d’abord s’arrêter pour mieux se reconnaître: attentes, besoins et projets personnels, pour ensuite trouver les bonnes raisons, les motivations, pour changer ses attitudes, sa consommation matérielle qui cause tant de désordres à notre planète. Les restrictions (temps et isolement) qui nous sont imposées et l’énergie de l’automne sont donc les bienvenues pour se ré-inventer, s’impliquer personnellement à pratiquer un nouvel équilibre qui tiendra compte de toutes les formes de vie.

Dans les bonnes choses que j’ai trouvées sur le net, voici des courts textes (qui m’inspirent) que je me permets de reproduire et qui sont, via cette infolettre, des sujets de saisons.

    - La revanche de Gaia.pdf par Boucar Diouf

    - Renouer avec le rythme des saisons.pdf: la nature en automne par les Éditions Rustica

    - Confession je fertilise rarement mes plantes.pdf au jardin par Larry Hodgson

Qui serait assez malain pour prédire la suite ou la fin des évènements que nous vivons?

Une chose est certaine, l’avenir ne sera plus jamais la même, dans le sens de ce que nous avons déjà vécu ou consommé. Je crois que l’Homme est encore capable d’adaptation... Prenons le temps de remercier et récolter ce que la terre nous a aidé à produire et dans la mesure du possible de faire des réserves de lumière et d’énergie que le jardinage nous a favorisé. La VIE ou (la NATURE) est souvent cyclique, je demeure optimiste et confiant pour un retour à une meilleure équilibre. Je planterais prochainement mes bulbes d’ail et aussi beaucoup de fleurs printannières: crocus, jonquilles et tulipes qui me rappeleront, le printemps prochain, le renouveau d’une vie plus consciente...

Pour le prochain bulletin et infolettre, je fais un appel à tous pour découvrir et observer vos évaluations et vos exploits horticoles de 2020 : réussites ou expériences à améliorer. Comme d’habitude, un court texte et quelques photos seraient les bienvenus. Des prix de participations seront remis. À suivre ...

Je vous souhaite un bel automne, une bonne réflexion et je vous dis : à bientôt...

Jean-Jacques Marcil, coordonnateur

Nouvelles vidéos publiées ou référenciées  sur le site  R.J.É.

Cliquez sur les images pour voir les vidéos qui nous sont suggérées par nos membres.

Babillard - Babillard - Babillard

Publications du R.J.É.

INVITATION À TOUS

Présentez vos expériences horticoles sur le site du R.J.É.

Ainsi vous courrez la chance de gagner l’un des volumes ci-dessous.

Voir la liste en cliquant ici : prix-participation


Pour participer, envoyez un court texte incluant 4-8 photos  et/ou un court vidéo décrivant vos meilleurs réussites et vos expériences à améliorer.

La prochaine date de tombée est le 20 octobre 2020.

Communication par courriel à: info-ca@rje.qc.ca

Bonne chance à tous. Deux personnes gagnantes à chaque parution.

Pleins de conseils de jardinage biologique, inscrivez-vous à son infolettre

Tu cherches des gens motivés pour se joindre à ton projet d’écovillage, de coopérative, ou simplement une activité que tu organises? Tu as envie d’en apprendre plus sur la vie en écocommunauté? Tu as un surplus de récolte, des outils ou toute autre chose utile que tu aimerais donner ou partager avec…


Voici un groupe: d’autonomie alimentaire, d’habitation écologique, de Gestion de l’eau, de Gestion des résidus,et de Consommation écoresponsable


Cliquez sur le cigle pour le découvrir...

Visitez le site du R.J.É. sur Facebook

Un autre moyen de publier des informations en jardinage.

cliquer sur l’image pour nous joindre.

Au menu dans cette infolettre

  1. -Nouvelles vidéos de nos dernières activités.

  2. -Liens pour les activités de d’autres associations ainsi que leurs publications.

  3. -Suggestions de lectures et autres.

À noter certains articles de l’infolettre sont ou seront repris (dans une version plus élaborée et/ou illustrée) dans le bulletin imprimé «Tout le monde jardine» distribué aux membres. C’est une façon plus personnelle de rejoindre et de satisfaire tous nos membres.

Donc une invitation à s’abonner ou à se ré-abonner au R.J.É., voir le lien dans le coin supérieur de l’infolettre et sur le site officiel du R.J.É.

Renouer avec le rythme des saisons : la nature en automne

(RUSTICA)


Un jour, vous vous levez et votre intuition vous parle : l’été est fini et c’est un nouveau départ. Après la pause, le travail reprend, la rentrée est là. Nous sommes en automne.


L’énergie de l’automne est une énergie en mouvement, comme le printemps. Mais contrastant avec le mouvement ascendant du début de l’année, l’automne se distingue par son énergie descendante.


Une saison en profondeur

- Après la pleine expansion estivale et un ensoleillement maximum, c’est un retour vers le centre, vers la terre. C’est le moment propice pour semer les graines qui vont s’enfoncer sous la terre afin de passer l’hiver et germer au printemps suivant.

- Comme le printemps, la météo à l’automne est instable. L’humidité se fait de plus en plus sentir, puis cède la place au froid vif qui annonce l’hiver. La terre semble se détourner du soleil : les journées raccourcissent et la lumière s’adoucit. L’équinoxe, autour du 22 septembre, est le second moment dans l’année où les heures du jour et de la nuit sont équilibrées.

......Pour lire la suite...Renouer avec le rythme des saisons.pdf

La revanche de Gaïa

Par Boucar Diouf


Cette semaine, j’ai pensé aux écrits de l’écologiste britannique James Lovelock, à qui on doit la popularisation de l’« hypothèse de Gaïa ». En 1970, ce climatologue et écologiste avant l’heure réactualisa le concept de Gaïa, qui était déjà présent dans la mythologie grecque. Gaïa, c’était la déesse Terre. Une superdivinité qu’on disait mère des dieux et des titans.

Dans la vision actualisée de Lovelock, la Terre et sa biosphère représentent un système physiologique dynamique qui favorise et maintient la vie sur notre planète depuis plus de 3 milliards d’années. Bien que Lovelock ne lui attribue ni émotion ou intelligence, dans son hypothèse, notre Terre mère est assimilée à une entité vivante, un superorganisme doué d’une capacité d’autorégulation. Pour garder cet équilibre indispensable à l’épanouissement de sa biodiversité constitutive, Gaïa doit constamment travailler à tempérer la chaleur provenant du Soleil à une intensité compatible avec la vie.

......Pour lire la suite ... La revanche de Gaia.pdf

Confession: je fertilise rarement mes plantes de jardin

Par Larry Hodgson


Dans un monde où les fabricants d’engrais produisent une foule de fertilisants de toutes sortes, pour rosiers, gazons, légumes, conifères, et j’en passe, chacun avec, il paraît, la formulation magique qui stimulera exactement la bonne croissance, et où les vendeurs poussent au maximum l’achat de ces engrais, je suis un mauvais joueur. Je ne fertilise pas les plantes de mes plates-bandes, ou du moins, seulement très rarement.


À la place, je laisse mère Nature s’occuper du travail.


À l’automne, je laisse les feuilles des plantes de jardin se décomposer sur place. Après tout, n’est-ce pas que le meilleur engrais pour toute plante est son propre feuillage?


Les feuilles déchiquetées sont mon «engrais» préféré.


De plus, je ramasse et déchiquette les feuilles tombes à l’automne des arbres environnants pour les utiliser comme paillis. Évidemment, il y a plusieurs raisons pour utiliser du paillis (garder le sol plus également humide, prévenir l’effet nuisible des gels et dégels répétés sur les racines, empêcher la germination des mauvaises herbes, etc.), mais aussi, le paillis enrichit le sol en se décomposant. Avec le double effet de la décomposition des feuilles de mes plantes et de celle du paillis, le sol de mon jardin demeure toujours meuble et riche: exactement la belle terre que bien des jardiniers rêvent d’avoir.

......Pour lire la suite...Confession je fertilise rarement mes plantes.pdf

Le mot du jardinier

Expériences partagées

par des jardiniers et des membres du R.J.É.

L’agenda du jardinier et le calendrier lunaire 2021


L’agenda du jardinier et le calendrier lunaire 2021

sera disponible au secrétariat du R.J.É. au début novembre 2020.

Un bon de commande sera en ligne prochainement.

Visite d’un vignoble

Un mini groupe de jardiniers du R.J.É. s’était donné rendez-vous pour la route des vins mercredi le 23 septembre dernier. Premier arrêt au Vignoble du Ruisseau, 4500 Strobl, Dunham.

Nous avons été enchantés par le décor magnifique et surtout par l’ambiance, l’acceuil et le service du personnel pour la dégustation. Il faut absolument faire la visite guidée pour comprendre tous les efforts des propriétaires pour offrir un haut standard de qualité. Ce qui m’a le plus impressionné, c’est les techniques déployées pour cultiver presque sans pesticides des variétés de sépages européens qui ne sont pas rustiques dans les régions froides du Québec. Un système unique au monde de géothermie rèchauffe les minis tunnels enveloppant les vignes l’hiver, pour que la température ne descende en bas de -10˚C. . En saison, seuls les sépages de raisins rouges sont cultivés sous grands tunnels, technique utilisé pour augmenter la période de croissance et du mûrissement du raisin.

L’entreprise possède une érablière, une salle à manger et très bientôt offrira de l’hébergement. Les menus offrent plus de 80% des produits cultivés sur place, le reste provient de la région.

Voici quelques photos de notre petite escapade dans la région de Dunham le 23 septembre 2020.

Jean-Jacques Marcil