Visites virtuelles  2021
expériences horticoles
 

Des jardiniers et jardinières vous partagent

leurs expériences de jardinage

à suivre

Juin au potager urbain

Publication du 19 juin 2021

À Montréal le mois de mai a été non seulement historiquement très sec, mais, également, le froid de la fin du mois a mis à mal plusieurs plantes sensibles de culture chaude (comme les poivrons, piments, courges, courgettes, concombres, aubergines, melons et même le basilic). Leur croissance ayant été stimulée par des chaleurs diurnes frisant le 30ºC et des nuits chaudes pendant plusieurs jours, et malgré un arrosage adéquat à la main pour contrer la sécheresse, le gel subi en fin de mois de mai et le temps plus frais aussi en début juin en a stressé profondément plusieurs.

Ginette

Ma famille et moi habitons Montréal dans Ahuntsic-Cartierville. Nous avons choisi de vivre en ville plus par nécessité de proximité pour les études et pour le boulot que par choix. Je suis en semi-retraite, j’étais dans le domaine de la finance, économie et du management. Mon conjoint est professeur au primaire et à la retraite depuis quelques mois.

Tout a commencé il y a plusieurs années. Nous avons eu la chance de trouver une petite maison sur l’île de Montréal avec un terrain relativement grand comparativement à d’autres quartiers. Mes trois enfants étaient jeunes, je voulais qu’ils aient de l’espace pour jouer, de la verdure, des fleurs et un petit potager.

Sur le côté de la maison, nous jouissions d’un bel espace comme aire de jeux et pour un tout petit potager (environ 150 pi2) dans le coin du terrain. Avec le temps disponible à y allouer, ce potager a fait notre bonheur pendant des années surtout avec ses tomates cerises, tomates, concombres et fines herbes. Maintenant, le potager s’est agrandi, des espaces sur-élevés ont été construits et nous sommes fiers de manger nos propres légumes. (Voir le bulletin TMJ- MAI 2021 p.8-10)

J’ai remarqué que ces aléas avaient affaibli plusieurs plants, les feuilles des poivrons, piments, cornichons, courgettes, aubergines, basilic jaunissaient… Qui dit feuille jaune, dit chrysomèle rayée et autres insectes non désirés qui sentent et attaquent les plantes plus fragiles. Découragement ! oui au début…  Alors, j’ai nettoyé les plants de leurs feuilles jaunes et certains devenaient très dégarnis. J’ai mis quand même tous mes plants en terre avec compost, terreau, un peu d’engrais et de l’espoir. Leur reprise a stagné un peu.

La photo de droite date du 20 mai et présente plusieurs de ces plantes qui étaient encore à l’abri sous un tunnel de protection (heureusement !) avant qu’elles soient choquées par ce temps anormal. Plusieurs légumes, encore en pots, étaient dus pour un repiquage imminent ou la mise en terre. Les tomates étaient déjà mises en sol, paillées et ont bien résisté. J’ai donc dû attendre un peu en juin pour transplanter les autres plantes de culture chaude.

Dans un bac qui sert de mini-serre froide au printemps, j’ai terminé de récolter les légumes de culture fraîche (épinards, radis, roquette, mizuna, laitues et bébé Pak Choi). J’ai laissé deux ou trois radis ainsi qu’un plant de Pak Choi monter en fleurs pour les semences. J’en suis à mes deuxièmes semis avec cette fois des haricots grimpants, des haricots nains, des carottes, des betteraves, de l’angélique, des fleurs compagnes, et probablement j’ajouterai du chou chinois.

Pour les courgettes et quelques concombres, j’ai dû mener une bataille quotidienne contre les chrysomèles, je les retire à la main et les jette dans un seau d’eau savonneuse, j’ai mis des pièges jaunes collants pour attraper celles qui osent m’échapper.  (Vous remarquerez sur les photos que j’ai recouvert à cause de cela plusieurs plants d’un filet individuel de protection que j’enlèverai aussitôt que des fleurs femelles se formeront.)  Je n’en vois presque plus…on verra mais cela semble fonctionner !

J’ai réitéré mon expérience des trois sœurs (maïs, melon, haricot) et ajouté des tournesols comme quatrième sœur. Bon c’est tout pour l’instant.  Kale, fraisiers, framboisiers, bleuets, haricots, mûres, fines herbes, pommes de terre, rhubarbe, aux, choux de Bruxelles, chou-fleur et autres semblent s’épanouir normalement, on croise les doigts !

La pluie abondante et tant attendue de la semaine passée a été très bénéfique et je remarque, surtout pour les poivrons, piments, basilic et aubergines, que de nouvelles feuilles se forment progressivement le long de la tige et le nouveau feuillage est plus vert. C’est moins gagné pour mes courges spaghetti.

Région du Québec : Montréal

Ginette Hains, Montréal

Texte et photos :

Ginette Hains